• Comment prendre l’information en général ?

     

    Comment prendre l’information en général ?

     

    Oui, comprenez que si de prime abord j’engage ce sujet, c’est dans l’objectif de permettre une compréhension globale de cet ouvrage.

    En effet, je pense qu’il est possible d’admettre pour tout le monde, que les paroles ou les actes d’un tiers sont interprétés suivant le point de vue propre à chacun – en fait, suivant l’état de conscience de chacun, lequel est souvent limité par le mental, voire nos lacunes, nos défauts, nos croyances et, finalement, nos préjugés. Sachez déjà que les préjugés et les partis pris sont des obstacles majeurs à l’usage de la raison, celle-ci étant une première clé ouvrant un accès vers la vérité. En d’autres termes, il est préférable de faire le choix de rester ouvert, sans jugement ou préjugé.

    Que je vous dise pourquoi

    D’une manière générale, l’homme est fait ainsi. Nous avons tendance à rattacher nos expériences présentes à celles de notre passé ; ce qui revient à dire que nos expériences passées ont participé à forger nos croyances. Aussi, même s’il faut parfois des années pour cela, il n’est pas rare de s’apercevoir qu’en définitive, quelques-unes de ces croyances proviennent de bases infondées qui pourraient finalement s’avérer erronées ou pour le moins obsolètes.

    Lorsque vous écoutez quelqu’un, ou que vous lisez quelque chose différent de vos schémas de pensée, culturels, ou simplement, différent de vos expériences de vie – en réalité, différent de vos croyances –, vous vous placez plus ou moins consciemment dans une posture de méfiance, vous confortant ainsi dans vos préjugés. De ce fait, généralement vous ne pouvez pas, ou, ne voulez pas y entendre grand-chose. Dans ces conditions, une réaction souvent inconsciente fera que vous zappez en grande partie l’information. Dans cet état pour le moins bloqué et fermé, vous admettrez – je l’espère – qu’il ne sera évidemment pas commode de conscientiser la profondeur d’une information. En effet, suivant cet état de conscience vous ne pouvez voir que la partie visible de l’iceberg, ou pire, il se pourrait que vous compreniez et voyiez autre chose que l’information donnée. Tout cela parce que l’on est pris par sa propre vision des choses. On se sera façonné de la sorte, une réalité qui pourrait s’avérer complètement déformée de l’information donnée. Alors on zappe, on tourne la page, et l’on passe à autre chose.

     

    Ce qu’il faut comprendre, et surtout dans ce genre de thème, c’est que pour toute information susceptible de vous faire gravir une marche de l’évolution, le lâcher-prise sur les croyances est un point primordial. Enfin, disons simplement qu’il est préférable de vivre la magie du présent.

    Si un jour quelqu’un vous dit qu’il est capable marcher sur les murs et aux plafonds, ce qui à priori peut paraître absurde, voire très drôle, mais une meilleure réaction serait d’éviter de se moquer de lui et, plus intelligemment, plus raisonnablement, demandez-lui plutôt comment il fait. Voyez ensuite si ses allégations tiennent la route, tout du moins en théorie ou peut-être encore, sous une autre forme ou un contexte spécifique. Si l’information vous semble spécieuse sans que vous y compreniez grand-chose, ne la jetez pas. Mettez-la de côté, puis, peut-être qu’un jour vous comprendrez. Oui, il est possible que vous compreniez que quelque part il y avait un fond de vérité ou peut-être encore, que tout était vrai. Cela dit, avec « humour », il se peut qu’à la fin de votre lecture vous compreniez qu’il est tout à fait possible de marcher au plafond…

    Sachez aussi que nous ne sommes pas dans un impératif de comprendre absolument tout, mais plutôt d’être ouvert, et sans préjugé à ce que l’on raconte. De ce fait, soyez certain qu’il restera toujours acquis pour vous, quelques particules de lumière. Telles des graines implantées en votre inconscient qui ne manqueront pas de se révéler à un moment où vous en aurez le plus besoin. En étant humble, d’un point de vue neutre et sans jugement, on prend l’information, et ce n’est qu’après que l’on voit ce que l’on peut en faire.

     

    Quand je parle de « croyances », il s’agit de toutes les croyances, sans exception. Ce n’est pas ciblé, croyances religieuses, superstitions, coutumes, ou toute autre chose. Il s’agit de tout ce qui a fait celui que vous êtes aujourd’hui. Il s’agit de tout ce que vous avez pu croire depuis votre plus tendre enfance par le bien ou le mal. De tout ce que vous avez pu accepter comme étant vrai. Il s’agit également des croyances de vos parents, de vos ancêtres qui ont laissé des traces en vous. Et probablement plus difficilement crédible pour certains, il s’agit également de vos propres croyances, issues de vos vies antérieures. Tout cela est consigné en votre être, et nous verrons plus en détail que l’ADN y joue son rôle.

     

    Il est donc nécessaire de savoir écouter d’un point de vue neutre, sans préjugé, sans critique et sans jugement. Ensuite, peser, ressentir où est la vérité. En définitive, chacun en fera ce qu’il veut ou ce qu’il peut. Aussi, il est normal que des personnes sous influence karmique et zodiacale ne puissent saisir certaines choses, car il peut y avoir blocages, mais chacun a le potentiel d’y parvenir s’il le souhaite. Cela est simplement dû à l’ouverture de conscience de chacun et à son lâcher-prise. Il est donc préférable d’oser enlever ses œillères, oser au moins mettre de côté ses croyances qui ne font qu’embourber l’esprit et le retenir prisonnier. Le meilleur des états, je pense que vous l’aurez compris, étant de se débarrasser de tout ce que l’on est concernant ce qui a forgé notre personnalité. Et en quelque sorte, de retrouver l’état relativement vierge de l’enfant en soi.

     

    Dans l’aventure à laquelle je vous convie, bien évidemment, nous parlerons de spiritualité, de science, de quantiques appliquées, de religion, et nous en viendrons inéluctablement à philosopher. Ce qui, je pense, ne restera pas sans effet sur les consciences.
    Forcément quand on parle de spiritualité et de croyances, inévitablement, on est amené à toucher le monde religieux. La religion s’étant construit une assise des plus solides dans le monde depuis des millénaires, il est donc évident que nos croyances puissent en comporter une bonne part. Et cela même, si l’on n’est absolument pas religieux ni aucunement croyant, spirituellement parlant, il demeure obligatoirement chez le commun des hommes une empreinte de base religieuse, si ce n’est par les échanges avec l’entourage, les échanges médiatiques… Par exemple, il est évident que l’on parlera toujours de Noël, du jour de l’an, des jours saints et de tout ce que cela inclut. Et, en définitive, tout cela interpénètre et fusionne au niveau de la planète, ce qui caractérise sa conscience globale, « la conscience collective ».

    En effet, à l’échelon universel, il réside une conscience planétaire comme on pourrait parler de l’état d’esprit, ou du niveau évolutif global de l’humanité. Bien entendu, nous avons chacun notre propre niveau de conscience et le choix d’accepter ou pas, la schématique commune. Mais comme on dit, nous sommes tous sur le même bateau. Que vous le vouliez ou non, il y a fusion des consciences dues à ces multiples formes d’échanges, ce qui projette un état de conscience globale au niveau de l’humanité et donc, de la planète.

     

    Dans cet ouvrage, je mettrai l’accent principalement sur la religion, ceci simplement afin d’établir des comparatifs vis-à-vis de certaines croyances issues des textes sacrés. J’en parlerai bien souvent en tant que support global, de manière neutre, sans aucune discrimination et aucun parti pris, quant à l’une ou l’autre des religions.

    (extrait du livre : Une Nouvelle Conscience UN NOUVEAU MONDE)

     

     

    Vous êtes libre d'utiliser les articles, paragraphes, citations... aux seules conditions de ne pas les modifier, de mentionner le nom de l'auteur "Alain Benitah" et d'y attacher le lien : http://www.alainbenitah.com/

     

    Retour aux Chapitres 

     


    Tags Tags : , , , , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires

    Vous devez être connecté pour commenter