• L'intellect

     

    L'intellect

     

    L’intellect est assez comparable à un ordinateur. Chez un grand nombre de personnes, il n’a pas vraiment de rapport avec l’âme et l’esprit. Il calcule et analyse depuis l’extérieur ; depuis des données quantifiables qui se présentent à nos sens courants ; des données que l’on voit et que l’on place à la façon d’un assemblage. Parallèlement à cela, il existe un autre facteur que nous avons déjà débattu : ce qui vient de l’extérieur est dû, bien souvent à quelques facettes de notre propre reflet. Il s’agit là de nos émanations vibratoires provenant principalement de notre mental. Et pour terminer la boucle, notre mental modèle notre état d’être. Dans ce cas, on ne peut pas réellement voir clair dans la profondeur de la réalité ; et de ce fait, nous pouvons nous rendre à l’évidence que travailler depuis l’intellect peut grandement dénaturer les choses.

    L’intellect, c’est ce qui sert quand on étudie de manière pratique et méthodique, comme un comptable ou un scientifique. Nous avons des choses, des données, et nous travaillons avec. Il n’y a là, rien de bien divin ; aucune liaison avec l’esprit divin. Toute déduction est simple mécanique et réflexion colorée du mental.

     

    Entre l’intellect et la réception divine, il y a un véritable fossé tout comme, entre l’art et la mécanique.

     

    La mécanique n’est pas de l’art, c’est quelque chose de calculé, d’assemblé et de bricolé. Alors que l’art véritable provient du ciel. Il est naturel, inspiré, fluide et vibrant de poésie. Toutefois, je ne suis pas en train de critiquer les sciences et les technologies. Il est évident qu’elles apportent énormément et qu’elles ont une fonction bien réelle. Par ailleurs, on peut très bien être inspiré de belles choses et créer de belles mécaniques, et à contrario, créer de l’art mécanique, bricolé et sans âme.

    Une personne initiée à recevoir du Ciel vous donnera à propos d’un moindre sujet, des explications apaisantes bien plus saines que la moyenne des gens, et souvent empreintes d’amour, de joie, de bonté, etc. Vous le ressentirez tout de suite et ses paroles seront souvent d’une vérité implacable. Vous saurez en vous que c’est vrai parce qu’à ce moment ça aura touché votre âme.

    En réalité, le processus est tel que votre âme le sait. Elle connaît la vérité et vous la fait ressentir. Pour s’initier à cela, c’est une autre histoire, mais bien plus simple que vous ne le pensez. Il faut simplement être ouvert et le vouloir. Ce n’est pas plus dur que d’apprendre à lire.

    Dans la Bible, on dit qu’Abraham est l’instruction (l’intellect), et Sarah l’enseignement (l’esprit). Il faut maintenant apprendre de Sarah. Oui, ce sont de belles paroles, encore faut-il les comprendre dans leur contexte. Aussi, j’en suis désolé, on ne peut pas tout enseigner en quelques mots. En revanche, je tenterai humblement d’en lever le voile en développant certains sujets que vous devriez trouver des plus révélateurs.

    Enfin, concernant le couple « Sarah et Abraham », vous ne trouverez pas ces subtilités dans la Bible. Il s’agit plutôt d’une conclusion extrapolée kabbalistique. Voir : Zohar I, 81 b, sur Genèse XII, 11-13.

    On explique de façon symbolique, que Sarah (la femme), s’assimile à la Sagesse divine, l’Esprit divin. Et encore, sous une autre facette, elle est l’intelligence (dans Proverbes 7, 4). Le raisonnement dans l’extrapolation est ainsi : si Sarah est l’Esprit divin, liée à la partie du cœur et de l’amour, Abraham (l’homme), est la raison, lié à l’intellect et la force. Ainsi Abraham donne l’instruction par l’intellect, et Sarah donnera bientôt l’initiation avec son Esprit et son cœur. Et c’est souvent ce qu’elle fait avec ses enfants.

    Cela me rappelle qu’un jour on m’a demandé quelle était la définition de l’intelligence et son processus. Pourriez-vous répondre à cette question comme cela, de but en blanc ? Non, je ne pense pas ; moi non plus d’ailleurs. À moins que vous n’ayez déjà consigné la réponse en votre mémoire et que l’intellect puisse la ressortir. On sait généralement qualifier quelqu’un d’intelligent sans toutefois savoir définir l’intelligence ni son processus. Si vous allez chercher la réponse à ce genre de question dans le dictionnaire, vous risqueriez fort d’être bloqué par l’intellect sur la réelle profondeur de la réponse.

    Pour répondre à ce genre de question dans sa profondeur, on a besoin de se poser et de réfléchir – de méditer un peu en somme. Et si l’on est habituellement animé d’un niveau d’ego basique, sans trop de sagesse, je crains fort que ce ne soit impossible. Il faudra apprendre à lever le voile de ce niveau pour accéder à une forme de conscience plus sage, et ensuite, sympathiser avec l’intellect, travailler un peu avec lui, voire beaucoup. Puis grandir encore un peu, et enlever à son tour le voile de l’intellect pour enfin accéder à l’Esprit. À ce moment, on cherchera les fois où nous avons reçu quelques lumières. Vous savez ? C’est ce fameux « eurêka ! » qui nous surprend et que l’on ressent bien au-dessus de nous et de ce que nous pouvons habituellement concevoir. C’est cette réponse qui n’est pas de nous et qui survient comme une étincelle d’on ne sait où… D’où pensez-vous que cela vienne ? Eh bien, c’est précisément « l’étincelle divine », et c’est bien elle qui vient de l’esprit divin en nous, et c’est encore cet esprit qui est relié à l’esprit de Dieu.

    Pour trouver une réponse à notre question, il faut évidemment la chercher là-haut et non à partir de l’intellect qui éventuellement, n’aura consigné que certaines connaissances de manière figée et sans vie ; car la vérité est toujours vivante et fluide dans l’instant présent. Dans ce processus, nous recherchons dans notre mémoire quelques éléments animés de cette étincelle divine et se rapportant à la question donnée. Nous allons même chercher des particules d’étincelle. Nous les assemblons sous forme d’images, tels les éléments d’une équation dans un schéma à la cohérence parfaite. Et dès que cette perfection est obtenue, nous avons alors trouvé le résultat de l’équation. C’est comme cela que fonctionne l’intelligence, et ses chemins sont nombreux. Elle ne vient pas de l’intellect, mais de personnes de tout âge qui savent se poser humblement et attendre que se forme la réponse par ces étincelles divines. Malheureusement, bien souvent, le plus délicat est de les retenir, de les mémoriser consciemment pour pouvoir vraiment diffuser la lumière dans le monde qui nous entoure. Puis un jour, on s’aperçoit que l’on peut se connecter à son gré, et qu’en fait, on n’a pas besoin de retenir quoi que ce soit. À ce moment, on évitera même de retenir et de consigner quoi que ce soit. Parce qu’on prendra conscience que cette lumière est vivante et doit rester fluide pour pouvoir projeter toute son expression de vie en chaque instant présent.

    (extrait de chapitre du livre : Une Nouvelle Conscience UN NOUVEAU MONDE)

     

     

    Vous êtes libre d'utiliser les articles, paragraphes, citations... aux seules conditions de ne pas les modifier, de mentionner le nom de l'auteur "Alain Benitah" et d'y attacher le lien : http://www.alainbenitah.com/

     

    Retour aux Chapitres 

     

     


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires

    Vous devez être connecté pour commenter